Orphée

Bewundernswerte Marianne Crebassa

  On a bien lu le titre; on ne se plaindra pas d’avoir été trompé. Ce n’est ni la version italienne avec contralto (ou, comme récemment au Théâtre des Champs-Elysées, contre-ténor) et l’âge baroque qui y transparaît encore, et la naissance de l’émotionnel au théâtre. Ni la version française noble, châtiée, avec ses manières et […]